Category Archives: PARUTION PRESSE

Elle crée des vêtements avec des cheveux (le Parisien)

Elle crée des vêtements avec des cheveux

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/elle-cree-des-vetements-avec-des-cheveux-12-11-2019-8191560.php

Le 12 novembre 2019 à 18h22

Depuis cinq ans, Murielle Kabile a fait du cheveu sa matière fétiche. Après une formation de couturière puis de coiffeuse, cette touche-à-tout de 42 ans s’est lancée en 2014 dans la création de vêtements de prêt-à-porter et de haute couture crées à partir de cheveux naturels ou synthétiques. Crépu, frisé, lissé, bouclé, elle l’exploite sous toutes ses formes, parfois tissé et mélangé à d’autres matières.

LE PARISIEN INTERVIEW La styliste Murielle Kabile détourne la fibre capillaire pour réaliser des collections de prêt-à-porter

Haute-couture : elle crée des vêtements avec des cheveux naturels et synthétiques

La styliste Murielle Kabile détourne la fibre capillaire pour réaliser des collections de prêt-à-porter.

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/haute-couture-elle-cree-des-vetements-avec-des-cheveux-naturels-et-synthetiques-12-11-2019-8191650.ph

Par Aurélie Ladet
Le 12 novembre 2019 à 18h11

Depuis cinq ans, Murielle Kabile a fait du cheveu sa matière fétiche. Après une formation de couturière puis de coiffeuse, cette touche-à-tout de 42 ans s’est lancée en 2014 dans la création de vêtements de prêt-à-porter et de haute-couture, à partir de cheveux naturels ou synthétiques. Crépu, frisé, lissé, bouclé, elle l’exploite sous toutes ses formes, parfois tissé et mélangé à d’autres matières. Elle réalise également des accessoires autour du cheveu : nœud papillon, boucles d’oreilles, ceintures…

Après plusieurs défilés de New York à Milan au compteur, Murielle Kabile avait besoin de poser ses ciseaux et ses cintres à Paris. La styliste « capillaire » vient de lancer son atelier à deux pas des Champs-Élysées, un showroom ouvert au public, pour présenter sa nouvelle collection « Dans l’Hair du temps ».

Depuis cinq ans, Murielle Kabile a fait du cheveu sa matière fétiche. Après une formation de couturière puis de coiffeuse, cette touche-à-tout de 42 ans s’est lancée en 2014 dans la création de vêtements de prêt-à-porter et de haute-couture, à partir de cheveux naturels ou synthétiques. Crépu, frisé, lissé, bouclé, elle l’exploite sous toutes ses formes, parfois tissé et mélangé à d’autres matières. Elle réalise également des accessoires autour du cheveu : nœud papillon, boucles d’oreilles, ceintures…

Après plusieurs défilés de New York à Milan au compteur, Murielle Kabile avait besoin de poser ses ciseaux et ses cintres à Paris. La styliste « capillaire » vient de lancer son atelier à deux pas des Champs-Élysées, un showroom ouvert au public, pour présenter sa nouvelle collection « Dans l’Hair du temps ».

D’où vous vient cette passion pour les cheveux ?

MURIELLE KABILE. Jusqu’à présent, lorsqu’on me demandait pourquoi je faisais des vêtements avec des cheveux, je répondais que c’était une manière originale de combiner mes savoir-faire, ceux de couturière et de coiffeuse. Après réflexion, j’ai réalisé que cette obsession pour les cheveux remontait à mon enfance. C’est une période où l’on a besoin de s’identifier aux autres. Moi, j’étais entourée de camarades d’école plutôt blondes aux yeux bleus, qui avaient de longs cheveux lisses. Les miens étaient serrés, crépus et difficiles à coiffer. Je rêvais d’avoir les mêmes. Le soir, je me fabriquais en secret une chevelure tombant sur mes épaules en nouant des tee-shirts et des serviettes… J’étais complexée. J’en souffrais aussi. Parce qu’à chaque fois que je devais me faire peigner, c’était un véritable enfer. J’ai donc fui mes cheveux. J’ai fini par les cacher sous des perruques, des tresses… Des années après, à la suite d’une formation de couturière, je me suis lancée dans la coiffure spécialisée dans les cheveux afro. J’ai réappris à les aimer. A mieux les apprivoiser. Maintenant, je m’amuse avec. Je les laisse pousser. Je les coupe. Et surtout, j’en ai fait un atout, une marque de fabrique.

Comment est née l’idée de créer des vêtements avec cette matière ?

Il y a cinq ans, je travaillais encore sur les défilés de mode où je réalisais des coiffures artistiques. Progressivement, j’ai eu envie de m’exprimer davantage. J’ai donc lancé ma propre ligne de vêtements, entre haute couture et coiffure. En 2014, j’ai dévoilé ma première création avec des cheveux synthétiques sur les marches du Festival de Cannes. J’ai eu de très bons retours. Depuis, plus rien ne m’arrête.

Vous utilisez des cheveux naturels aussi ?

Oui, j’introduis toutes les matières. Du vrai cheveu, qu’on peut se procurer facilement dans des commerces spécialisés, à la tresse synthétique. Je mélange toutes les techniques, tout ce que j’ai appris, tous les tissages que j’ai utilisés depuis mon enfance, toutes ces mèches, je les dépose là, devant tout le monde, pour en faire quelque chose de beau. Aujourd’hui, je les sublime à travers mes créations.

D’autres créateurs comme vous utilisent le cheveu ?

Oui, il y en a. Mais pas beaucoup. Le plus connu, c’est Charlie Le Minduqui a habillé Lady Gaga. C’est un peu un mentor pour moi. On a eu l’occasion de se rencontrer. Mais on utilise le cheveu d’une manière très différente. Lui est plus dans le côté glamour un peu trash, et moi beaucoup plus ethnique.

Le 12 novembre 2019 à 18h11

Depuis cinq ans, Murielle Kabile a fait du cheveu sa matière fétiche. Après une formation de couturière puis de coiffeuse, cette touche-à-tout de 42 ans s’est lancée en 2014 dans la création de vêtements de prêt-à-porter et de haute-couture, à partir de cheveux naturels ou synthétiques. Crépu, frisé, lissé, bouclé, elle l’exploite sous toutes ses formes, parfois tissé et mélangé à d’autres matières. Elle réalise également des accessoires autour du cheveu : nœud papillon, boucles d’oreilles, ceintures…

Après plusieurs défilés de New York à Milan au compteur, Murielle Kabile avait besoin de poser ses ciseaux et ses cintres à Paris. La styliste « capillaire » vient de lancer son atelier à deux pas des Champs-Élysées, un showroom ouvert au public, pour présenter sa nouvelle collection « Dans l’Hair du temps ».

D’où vous vient cette passion pour les cheveux ?

MURIELLE KABILE. Jusqu’à présent, lorsqu’on me demandait pourquoi je faisais des vêtements avec des cheveux, je répondais que c’était une manière originale de combiner mes savoir-faire, ceux de couturière et de coiffeuse. Après réflexion, j’ai réalisé que cette obsession pour les cheveux remontait à mon enfance. C’est une période où l’on a besoin de s’identifier aux autres. Moi, j’étais entourée de camarades d’école plutôt blondes aux yeux bleus, qui avaient de longs cheveux lisses. Les miens étaient serrés, crépus et difficiles à coiffer. Je rêvais d’avoir les mêmes. Le soir, je me fabriquais en secret une chevelure tombant sur mes épaules en nouant des tee-shirts et des serviettes… J’étais complexée. J’en souffrais aussi. Parce qu’à chaque fois que je devais me faire peigner, c’était un véritable enfer. J’ai donc fui mes cheveux. J’ai fini par les cacher sous des perruques, des tresses… Des années après, à la suite d’une formation de couturière, je me suis lancée dans la coiffure spécialisée dans les cheveux afro. J’ai réappris à les aimer. A mieux les apprivoiser. Maintenant, je m’amuse avec. Je les laisse pousser. Je les coupe. Et surtout, j’en ai fait un atout, une marque de fabrique.

Comment est née l’idée de créer des vêtements avec cette matière ?

Il y a cinq ans, je travaillais encore sur les défilés de mode où je réalisais des coiffures artistiques. Progressivement, j’ai eu envie de m’exprimer davantage. J’ai donc lancé ma propre ligne de vêtements, entre haute couture et coiffure. En 2014, j’ai dévoilé ma première création avec des cheveux synthétiques sur les marches du Festival de Cannes. J’ai eu de très bons retours. Depuis, plus rien ne m’arrête.

Vous utilisez des cheveux naturels aussi ?

Oui, j’introduis toutes les matières. Du vrai cheveu, qu’on peut se procurer facilement dans des commerces spécialisés, à la tresse synthétique. Je mélange toutes les techniques, tout ce que j’ai appris, tous les tissages que j’ai utilisés depuis mon enfance, toutes ces mèches, je les dépose là, devant tout le monde, pour en faire quelque chose de beau. Aujourd’hui, je les sublime à travers mes créations.

D’autres créateurs comme vous utilisent le cheveu ?

Oui, il y en a. Mais pas beaucoup. Le plus connu, c’est Charlie Le Minduqui a habillé Lady Gaga. C’est un peu un mentor pour moi. On a eu l’occasion de se rencontrer. Mais on utilise le cheveu d’une manière très différente. Lui est plus dans le côté glamour un peu trash, et moi beaucoup plus ethnique.

Y a-t-il une star que vous aimeriez approcher pour porter l’une de vos créations capillaires ?

Si je devais rêver un peu… Pourquoi pas Beyoncé. Je sais qu’elle met beaucoup en avant les petits créateurs. Alors pour un show, une remise de prix… ça pourrait être cool !

VIDÉO. Murielle Kabile : « Je veux démocratiser cette matière »

Espace Murielle Kabile Designer Hair couture, ouvert à partir du 12 novembre 2019, 18 rue de l’Etoile, Paris XVIIe

Article Biblond magazine Exposition / Showroom Murielle Kabile & Stéphanie Lambert

Design Hair couture, une exposition de Murielle Kabile et Stéphanie Lambert

Murielle Kabile, designer Hair Couture, et Stéphanie Lambert, modèle et créatrice de mode, nous invitent à découvrir leurs univers.

 

 

 

 

Les créations Hair du Temps, la marque de Murielle Kabile, et de Stéphanie Lambert Couture exposées dans un espace entre galerie d’art et showroom ouvert au grand public… Les 16 et 17 novembre prochain nous réservent des moments de beauté et de créativité, dans une ambiance chaleureuse, de partage et de découverte.

Rendez-vous les 16 et 17 novembre, de 10h30 à 19h30 au 2, passage du Chantier Bastille-Charonne, à Paris.

 

 

 

 

 

Catégories: Actualités

 

Design Hair couture, une exposition de Murielle Kabile et Stéphanie Lambert

ELLE MAGAZINE

 

Logo elle.ci

MODE BEAUTÉ PEOPLE & LIFESTYLE SOCIÉTÉ FOODING

 

 

« À ma fille » : Manifeste pour l’esthétique et la beauté du cheveu crépu

« À ma fille » : Manifeste pour l’esthétique et la beauté du cheveu crépu

Logo authorÉCRIT PAR ELLE.CI

PUBLIÉ LE 20 SEPTEMBRE 2019 À 12H22

Exposition

 

Du 27 au 29 septembre, à la Louise Simone Guirandou Gallery, le cheveu crépu est à l’honneur. À travers les arts, le cheveu crépu se découvre et se célèbre. L’écriture, la photographie, la sculpture, la danse et le film font le récit singulier du cheveu crépu, trait caractéristique de la beauté noire.

 

 

Pour cette première édition, Murielle Kabile sera à l’honneur. Murielle est à la tête de ” Design Hair Couture “, elle confectionne aussi bien des perruques ” Afro ” très spectaculaires, que du prêt-à-porter extravagant, qui mêle cheveux et textiles. Ses créations font sensation sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2014 et 2018 mais aussi en marge des Fashion week à l’international.

Plus qu’une artiste avant-gardiste audacieuse, Murielle Kabile créee ses propres événements, shootings, expositions, défilés… afin d’introduire le cheveu dans le monde de l’art et de la mode avec sa propre vision.

 

 

L’exposition se tiendra de 10H00 à 19H00, près du Goethe Institut, derrière la Cité universitaire Mermoz. *à la LouiseSimone Guirandou Gallery* près du Goethe Institut, derrière la Cité universitaire Mermoz.

 

 

L’ECLAIREUR MAGAZINE INTERVIEW DON’T TOUCH MY HAIR

Murielle Kabile manifeste dans les rues de Paris !

Engagement Murielle Kabile manifeste dans les rues de Paris !

Murielle Kabile est une militante infatigable de la beauté noire et métissée et de toutes les boucles. C’est surtout une créatrice de mode, mais aussi d’événements dédiés. Le 15 juin dernier, elle a ajouté une corde à son arc avec une manifestation festive en forme de happening artistique dans les rues de la capitale, baptisée «Don’t Touch My Hair», comme une pré-Fashion Week sauvage place de l’Opéra, notamment (Paris 9ème). Une dizaine de modèles portant des cheveux afro très seventies, naturels ou perruques multicolores, ont défilé en pleine rue pour célébrer la tolérance et la diversité, avec une thématique en clin d’oeil à celles qui ont expérimenté la curiosité des gens, parfois déplacée, envers leurs cheveux afro, et leur manie de vouloir les toucher… Ou comment faire passer des messages sans prise de tête et en beauté !

Photo: Vanida Hoang

 

MAGAZINE BIBLOND INTERVIEW DON’T TOUCH MY HAIR

Don’t Touch My Hair, un hommage aux cheveux « différents »

Photos : Vanida Hoang

Pin
Photos : Vanida Hoang

Murielle Kabile a décidé de présenter une « pré-Fashion Week spéciale dédicace à toutes les personnes aux cheveux, crépus, frisés, ou bouclés ».

 

Murielle Kabile, à la tête de Design Hair Couture, propose des perruques afro spectaculaires et du prêt-à-porter étonnant, décalé, qui mêle cheveux et textiles. Ses créations ont séduit et  sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2014 et  2018 et aussi lors de Fashion Weeks à l’international.

Dans les rues de Paris, elle a organisé un défilé étonnant, spectaculaire et engagé. En effet, place de l’Opéra, samedi 15 juin, Murielle Kabile a mis en scène son événement : Don’t Touch My Hair. Un show époustouflant qui dénonçait aussi le manque de valorisation du cheveu afro. Changer les regards et même changer la profession, en touchant le grand public lors d’un rencontre basée sur « la tolérance et la diversité ».

 

Avec Don’t Touch My Hair, la designer hair couture a voulu faire passer « un message fort du vivre ensemble, de la tolérance et du respect, pour toutes les personnes aux cheveux crépus, afro ou frisés, peu importe leurs origines au même titre que les cheveux lisses ou raides. »

 

 

Catégories: Actualités

FRANCE TV INFO INTERVIEW DON’T TOUCH MY HAIR

Murielle Kabile organisait ce week-end à Paris un défilé sauvage baptisé“Don’t touch my hair”. La célèbre hair designer martiniquaise veut en finir avec les personnes qui s’évertuent à vouloir mettre la main dans les cheveux crépus. Elle dénonce une forme d’“agression” ou d’“ignorance”. 

© FB Murielle Kabile
© FB MURIELLE KABILE
  • Nathalie Sarfati (avec Pierre Lacombe)
  • Publié le , mis à jour le

“Don’t touch my hair” (ne touchez pas à mes cheveux) c’est le titre d’un des morceaux phares de la chanteuse américaine Solange qui dénonçait en 2016 le comportement récurrent des personnes s’autorisant à toucher les cheveux des personnes noires ou métisses. “Don’t touch my hair”, c’est aussi le nom du défilé sauvage organisé ce week-end en plein coeur de Paris et initié par la hair designer Murielle Kabile.

Avec son expérience et son savoir-faire, Murielle Kabile a décidé de faire une pré-fashion week spéciale dédicace à toutes ces personnes aux cheveux crépus, frisés ou bouclés victimes de comportements inappropriés.

Une nana qui a les cheveux raides, bien longs, on n’irait pas mettre la main dedans juste parce qu’elle a les cheveux très longs […] Dès qu’une femme a les cheveux crépus, bouclés, frisés avec du volume, elle impressionne tellement que les gens ne se posent pas la question, ils mettent la main dedans pour voir si c’est une perruque ou pas.

© FB Murielle Kabile
© FB Murielle Kabile

Neuf mannequins ont défilé dans les rues de Paris pour dénoncer ce que Murielle Kabille considère comme une forme d’“agressions” ou d’“ignorance”qu’on peut parfois percevoir comme du racisme ou assimiler à un manque d’ouverture d’esprit.

Il y a quelques jours sur Instagram, la chanteuse Samaha Sam indiquait subir régulièrement des agressions racistes

Ils rient de mes cheveux, gueulent “c’est les Jackson Five” en riant fort, se moquent, me traitent parfois de singe, m’accuse de porter une perruque.

Regardez le reportage de Nathalie Sarfati et Jean-Yves Pautrat: 

Don’t touch my hair
en_USEnglish
en_USEnglish
Right Menu Icon