https://mobile.leclaireur-coiffeurs.com/actualite-coiffure/magazine-coiffeur/marches-t-2/murielle-kabile-pour-amour-afro-a-981/Murielle Kabile : pour l’amour de l’afro

Produits/marchés Murielle Kabile : pour l’amour de l’afro

La styliste de formation Murielle Kabile, également titulaire d’un BP styliste visagiste, est connue pour ses créations capillaires entre coiffure et couture (vêtements, parures, sculptures…). Avec la marque Big Hair World, qu’elle a récemment lancée au travers de sa société AKM Design Evolution, elle franchit un nouveau cap, en proposant des perruques afro XXL, ainsi qu’une ligne de prêt-à-porter et des accessoires pas exclusivement réservés aux femmes noires. Le point de départ ? Son expérience personnelle : elle a les cheveux courts et souhaitait s’offrir un look afro, mais ne trouvait sur le marché que des perruques pour faire la fête ou se déguiser. La designer en Hair Couture a donc décidé de proposer sa propre ligne de perruques afro, qui exagère volontairement les volumes et joue avec les formes et les couleurs… tout en restant portable, et trendy : une délicate alchimie ! Et pour assumer au mieux ces looks très forts au niveau de la tête, elle a conçu des silhouettes qui « calment le jeu », avec de longues jupes plissées et des tee-shirts casual. Lesquels peuvent être portés par toutes celles qui aiment la mode, quelles que soient leur couleur de peau et la texture de leurs cheveux… Dévoilée le 14 décembre dernier à la galerie Bernard Dulon (Paris 6ème), la collection Big Hair World s’offre une délicieuse égérie, la chanteuse de soul caribéenne Lylah (ex-chanteuse du groupe Les Déesses). Se sentir libre, et fier, d’être ce que l’on est – un jour les cheveux crépus, un jour les cheveux lisses-, faire bouger les mentalités, c’est le propos de ces deux femmes engagées qui veulent capitaliser sur l’évolution de la mode et la percée des coiffures afro sur les podiums des défilés comme dans les magazines. Qu’il s’agisse de couleur, de volume ou de texture, l’heure est à assumer ses cheveux naturels, il faut s’engouffrer dans la brèche !
Photo : Vanida Hoang